Hymne à l'Espoir !!

 

C'est l'histoire d'un poème.

Je souhaitais, l'animer....lui donner vie...

 

Alors, j'ai proposé à mes amis, connaissances, contacts, de donner voix et image, à une phrase, un groupe de mot, de ce poème, chacun avec les moyens techniques qui lui était possible d'avoir.

Le choix du "qui dit quoi" fût fait très simplement : la première personne à dire "oui", eut la 1ère ligne, la 2ème, la deuxième, etc.....

Cet Objet, est réellement le fruit d'une idée spontanée, cet Objet, est une sculpture,

brute.

Pratiquement rien n'a été retouché, les "voix" étaient libres de présenter cela comme elles le désiraient, et j'ai beaucoup insisté sur le fait que chacune et chacun ne devait pas me donner le choix d'une prise ou d'une autre; j'avais juste demandé pour une uniformité que tout le monde soit torse nu, je n'avais pas précisément pensé aux femmes en disant cela !! c'était surtout pour que les vêtements n'influent pas, ne donnent pas d'étiquettes...

 

Voici donc le résultat ainsi que le texte.

 

"Tu es le point G de mon cerveau,

la zone érogène qui articule ma vie;

                    Je t'offre tous mes soleils,

                    toutes mes Lunes,

                    mes pluies et mes orages,

                    toutes mes tempêtes,

                    mes montagnes et mes plaines;

tu es, celui qui bannit mes fantômes,

l'exorciste, le magicien,

le fossoyeur de mes tourments passés,

le rouleau compresseur qui passe sans relâche

sur les certitudes inanimées

blotties dans chacun de mes pores;

                   tu peux aussi prendre mes routes,

                   mes chemins clandestins,

                   je te donne mes grottes,

                   tu peux t'éclairer de mes étoiles,

                   parcourir mes vallées,

                   nager dans mes torrents et boire à mes sources;

tu es celui qui lave de sa langue

les saletés incrustées aux commissures

du moindre plis de mon corps,

jusque dans mes profondeurs,

pour y faire apparaitre à nouveau la lumière;

                   je te donne ma foudre, et aussi mes poussières,

                   mes flammes et mes bruines;

                   tu peux également respirer tous mes vents;

tu peux, t'abreuver de mon sang

comme je le fais du tien,

je soulève ta peau

y incruste la mienne et te donne ma chair;

je vois par tes yeux

les couleurs invisibles

que toi le magicien tu as créées pour moi,

je touche par tes mains

ce qui n'existe pas;

                   je te donne mes océans,

                   mes déserts, mes hivers,

                   tu peux sauter dans mes flaques,

                   marcher, sur mes premières neiges;

tu exorcises

la boue tapie au fond de moi,

afin d'en être,

le fossoyeur qui en recouvre, les êtres, là,

gorgés de haine,

ceux qui ont pris ma route,

pour les enfouir,

au ventre de l'oubli

afin qu'il y pourrissent;

                   je te donne, mes premiers amants,

                   mes premières maîtresses,

                   tu souffles sur mes premières brises,

                   tu as mes premiers soupirs,

                   mes éclairs, mes glaces et mes écorchures;

                   tu dors dans mes prairies,

                   parcours mes forêts, te nourris de mes rêves;

tu tisses de mes nuages noirs,

le linceul de mes déceptions et de tous mes tourments;

la portée de mes notes t'offre toutes mes clefs,

je te donne mes blanches, mes noires et mes croches;

tu as l'inspiration de mon souffle premier."