L'eau......de la lune.....

 

Texte mis en image par X.Tin


 

Subite décharge.
Tarentule aux milles pattes
comme tentacules de pieuvre
cherchant aveuglément,

palpant les reliefs insipides du quotidien 
à l'affût,
de la faiblesse ou du tourment inconstant
pour asperger furieusement,
ses couleurs sombres,
à l'encre infectée
sur les souvenirs rugissants
au fond de cette cave;

pénombre
de l'esprit endormi 
au rythme délicieux des convenances embrumées.
.../...


(extrait de la série "violence" projet en cours )



Au milieu de l'orgie insolente et constante 
des prédateurs cannibales
engendrés par l'humanité de notre condition,
la conscience propre à notre forme,
est dévorée par la constance humaine.
.../...
Chères Ombres,
si la spirale est absurde
au moins autant le néant,
si la mort apporte la paix,
que faisons nous à être fantômes au milieu de cadavres,
nageant dans le chaos aux décors rutilants,
nous goinfrant des douleurs 
afin de supporter notre médiocrité ?
 
(extrait de "Apnea" le tome 2 de In Vivo.à paraitre novembre 2015)
 

Mes nuits,
sont l'agonie du crépuscule de tout ce que je ne dis pas;
.../...

 

 

 

 

 

Aux commissures de tes lèvres écarlates,
sur tes dents maintenant rétractées,
la bave enragée
n'est plus que l'écume suave aux embruns déposés.

.../...
 















Tu as les yeux qui coulent 

tellement tes larmes pleurent,
alors tu t'émerveilles des vagues sur ton âme;
 
hurlant ta solitude comme d'autre leur joie,
certain qu'au bout du compte,
personne ne t'entend;
 
alors tu déglutis 
comme un enfant son lait
jusqu'à ce que ton corps d'incertitude implose;
maintenant à tes yeux
plus rien ne s'illumine
rassasié par le manque
de tout ce qui exulte..../...
 
 

Maintenant.

Le ciel est chargé

lourds nuages

gorgés de moiteurs monotones,

je savoure

cette tristesse vagabonde,

elle joue avec mes sens,

danse avec mon corps,

corps, savoure et savoure encore

ce lent enchantement !

J’aime à le sentir,

doucement,

approcher de mes rives;

.../...

 

 

crédit photo : 

http://www.dorianne-wotton.com/fr/portfolio-11281-0-9-desequilibree.html

Danseuse-modèle : Lise Côme.

 


Attendre pour rien.
Ne rien attendre.


Attendre qu'un mirage transforme le souhait,
pour l'entrer en matière.
Attendre jusqu'au dessèchement de soi,
attendre.
laisser passer les hurlements, et les appels;

attendre, faire les cents pas, sans mots.

Attendre, regarder l'hameçon immobile,
guetter les imperceptibles ondes
en faire des feux d'artifices.
Attendre, 
se raconter une histoire, 
en attendant, 
plutôt belle, l'histoire, plutôt singulière.../...



 

Illustration :

Merci à : Photo Jean Fabien - Modèle Roxane Loiseau

http://jean-fabien.tumblr.com/

 

 

 

 

 

 

Elle est la pertinence des rêves d'un poème,

l'essence de l'inaccessible 

le sel des larmes retenues

les vibrations 

du cri que les échos de ce monde abject n'entendent jamais !

 

Elle fait de ton être,

la poésie organique,

celle qui s'explique

uniquement par la connaissance de cette liberté 

dont nos sens ont besoin;

celle qui connaît parfaitement

de quoi sont faites les ombres

parce qu'elle sait,

comme l'esprit de l'animal,

sentir, 

et s'imprégner

des souffles multiples;

.../...

 

(extrait de "In Vivo"  tome 1 aux éditions Unicité).